Comment faire du SEO naturel ?

Ophélia Pol SEO
25/04/2022

Le monde du SEO est passionnant. Chaque année, Google apporte des centaines de modifications à son algorithme de ...

Comment faire du SEO naturel ?

Le monde du SEO est passionnant. Chaque année, Google apporte des centaines de modifications à son algorithme de classement des moteurs de recherche. Une stratégie de référencement qui a fonctionné l’année dernière peut ne pas fonctionner cette année, et une qui fonctionne aujourd’hui peut ne pas fonctionner l’année prochaine.

Si votre site ne génère pas autant de trafic organique que l’année dernière et que vous cherchez à améliorer votre référencement, nous avons ce qu’il vous faut.

Dans cet article, nous avons décomposé les meilleures techniques de référencement pour 2022 pour vous aider à conserver et à augmenter votre présence dans les recherches organiques, couvrant à la fois les techniques de référencement de base et avancées.

Allons-y !

1) Mettre en œuvre l’optimisation du contenu immédiatement

Contenus afficher

Pour la plupart des gens, le référencement implique de publier régulièrement du contenu, de cibler de nouveaux mots-clés et d’obtenir des liens vers ces pages.

Mais les professionnels du référencement expérimentés savent que vous pouvez augmenter votre trafic organique de manière plus stratégique en optimisant votre contenu existant grâce à un processus appelé « optimisation du contenu ».

L’optimisation du contenu vise à optimiser les balises méta d’une page telles que :

  • Inclure des mots-clés primaires et secondaires aux densités correctes
  • Avoir un nombre de mots approprié
  • Assurer une grande lisibilité
  • Avoir des balises meta title et description optimales

Avec l’aide d’un outil comme ClickFlow , vous pouvez implémenter l’optimisation du contenu sur l’ensemble de votre site facilement et rapidement.

Voici quatre façons de procéder :

A) Trouver des nombres de mots et des densités de mots-clés appropriés

Chaque SERP est différent. Certaines requêtes reçoivent une réponse immédiate dans un extrait en vedette , tandis que d’autres sont mieux servies avec des pages de vente de 500 à 1 000 mots. Ensuite, il y a les requêtes qui nécessitent des articles approfondis de plus de 3 000 mots.

C’est tout pour dire qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais nombre de mots à viser, car c’est purement contextuel sur la requête de recherche et ses pages les mieux classées. Cependant, si vous vous trompez, il vous sera très difficile de vous classer.

Vous pouvez utiliser l’éditeur de contenu de ClickFlow pour sélectionner le mot-clé principal pour lequel vous essayez de vous classer, identifier le nombre de mots approprié et les mots-clés pour lesquels vous devriez optimiser, ainsi que la fréquence d’utilisation pour de meilleurs résultats :

Mots-clés pertinents de l'éditeur de contenu2

B) Testez vos méta-titres pour optimiser le CTR

Les balises de titre sont l’une des balises sur site les plus importantes pour lesquelles optimiser une page. Méta descriptions ? Pas tellement. Cependant, ce n’est pas parce que Google ne regarde pas une méta description pour classer une page qu’elle n’a pas d’importance.

Une excellente méta description peut vous donner un coup de pouce CTR, ce qui peut conduire à un classement plus élevé. Il y a plusieurs années, Rand Fishkin a décrit comment Google pourrait l’aborder lors d’un épisode du Whiteboard Friday : « Si le résultat de la position quatre obtient plus de clics que le résultat de la position deux, ne devrait-il pas être inversé ? ” D’autres sources réputées telles que CXL ont également conclu que le CTR est un facteur de classement.

Ainsi, encore une fois, en utilisant la fonctionnalité Experiments de ClickFlow, vous pouvez facilement lancer des tests A/B pour vos méta-titres pour voir lequel génère le plus de clics, d’impressions et de positions plus élevées :

C) Identifiez les pages avec un trafic en baisse à l’aide de la dégradation du contenu

Au fur et à mesure que vous publiez plus de contenu, le trafic et les classements de votre ancien contenu commencent inévitablement à baisser.

Les publications deviennent obsolètes, les concurrents mettent à jour leurs articles, vous arrêtez de créer de nouveaux liens, etc. Quelle que soit la raison, il est difficile de tout garder à jour tout en poursuivant de nouveaux sujets.

ClickFlow dispose d’une fonctionnalité appelée Content Decay qui identifie vos pages les plus en déclin à partir des données de votre console de recherche Google. Il vous indique la quantité de trafic (c’est-à-dire les clics) que vous avez perdu et vous recommande où concentrer vos efforts pour récupérer ce trafic :

Traiter votre trafic en déclin est l’un des moyens les plus simples de suivre votre contenu plus ancien (mais toujours précieux) et de prioriser où dépenser des ressources pour mettre à jour les anciens messages par rapport à la création de nouveau contenu.

D) Couvrir les questions connexes pour s’aligner sur l’intention de recherche

Les sections “Les gens demandent aussi” et “Recherches associées” dans les SERP sont deux outils magnifiques que vous pouvez utiliser pour découvrir l’intention de recherche d’un utilisateur .

Par exemple, si vous cherchez à vous classer pour le mot-clé « optimisation du contenu », vous pourriez être tenté d’écrire un long tutoriel sur le sujet (comme cet article). En répondant aux questions que vous trouverez dans la section “Les gens posent également des questions”, vous pourrez peut-être effectuer certaines des recherches assistées par la voix que nous avons mentionnées précédemment :

La section “Recherches associées” au bas des SERP peut également vous donner des suggestions sur les sections que vous pourriez inclure dans votre article.

Cependant, répéter ce processus pour chaque mot-clé est fastidieux. ClickFlow automatise ce processus de recherche pour vous assurer que vous couvrez les questions et sous-thèmes clés. Dans ClickFlow, la fonctionnalité “Questions” extrait les données directement de la section “Les gens demandent aussi” de Google :

Pour chaque sujet, vous pouvez accéder à l’onglet “Recherche” pour afficher une liste de questions également recherchées.

2) Offrir une expérience de page sans faille

L’optimisation du site de la page a été un facteur de classement relativement faible, que, naturellement, les praticiens du référencement n’ont jamais pris trop au sérieux. Bien sûr, cela comptait, mais pas plus que l’optimisation traditionnelle sur site et la bonne vieille création de liens.

La vie dans le monde du référencement évolue cependant assez rapidement. Avec le lancement de BERT  et MUM , les dernières tendances SEO montrent que Google veut humaniser son moteur de recherche en orientant son algorithme de classement vers des métriques comme, vous l’aurez deviné, l’optimisation du site de la page.

Les liens et les balises sont importants – et continueront de le faire aussi longtemps que nous pourrons le voir – mais ce ne sont pas les seules choses à surveiller. Avec le lancement en 2020 de la Page Experience Update , Google a fait de cette nouvelle métrique un élément central de son algorithme.

Google définit  l’expérience de la page comme :

“un ensemble de signaux qui mesurent la façon dont les utilisateurs perçoivent l’expérience d’interaction avec une page Web au-delà de sa pure valeur d’information.”

Soyons clairs sur quelque chose : Google n’a aucun moyen de savoir comment les utilisateurs perçoivent vraiment une page Web (bien que Neuralink d’Elon Musk  puisse changer cela bientôt). Au lieu de cela, ils prennent quatre mesures  qui sont en corrélation avec une expérience de page et font des suppositions éclairées.

La première métrique est le Core Web Vitals , un amalgame de métriques qui mesurent la vitesse de chargement d’une page du point de vue de l’expérience utilisateur :

  • Largest Contentful Paint (LCP) : mesure les performances de chargement. Google recommande de viser un LCP inférieur à 2,5 secondes  après le début du chargement d’une page.
  • First Input Delay (FID) : mesure l’interactivité. Google recommande un FID inférieur à 100 millisecondes .
  • Cumulative Layout Shift (CLS) : mesure la stabilité visuelle. Google recommande un score CLS inférieur à 0,1 .

Les trois autres métriques sont la convivialité mobile d’une page, l’utilisation du protocole HTTPS et l’absence d’ interstitiels intrusifs :

Si vous n’avez pas prêté attention à l’expérience de votre page, voici ce que vous devez faire.

  • Tout d’abord, exécutez votre site Web via PageSpeed ​​Insights pour évaluer ses performances par rapport aux Core Web Vitals :

  • Ensuite, prenez note des recommandations que Google vous donne ci-dessous pour résoudre les problèmes que vous pourriez rencontrer :

  • Répétez le processus avec Test My Site pour mesurer la réactivité de votre site :

Augmenter la vitesse des pages peut faire plus qu’améliorer les performances organiques ; cela peut également augmenter les conversions.

Une enquête a révélé que près de 70 % des consommateurs ont  déclaré que la vitesse des pages affecte leur volonté d’acheter sur un site Web.

Voici quelques façons d’ augmenter la vitesse des pages  pour un meilleur classement et plus de conversions :

  • Minimisez le code inutile sur votre page
  • Différer le chargement de JavaScript
  • Réduire le temps de réponse du serveur
  • Choisissez la bonne option d’hébergement pour vos besoins
  • Activer la mise en cache du navigateur
  • Activer la compression
  • Compressez les images pour réduire la taille de la page de 30 à 40 %

Une fois que vous avez terminé d’augmenter la vitesse de votre site, assurez-vous que votre site répond aux trois autres critères qui permettent une expérience de page optimale :

  • Rendez votre site Web adapté aux mobiles
  • Acheter un certificat HTTPS pour votre domaine
  • Supprimez toutes les fenêtres contextuelles inutiles (celles que vous utilisez pour créer une liste de diffusion ne sont probablement pas considérées comme problématiques ; celles qui ouvrent de nouveaux onglets ou fenêtres le sont)

3) Augmentez votre temps de pause

L’industrie du référencement a toujours spéculé sur l’impact de l’expérience utilisateur dans l’algorithme de classement de Google. Oui, une architecture de site propre, une vitesse de chargement rapide et une expérience mobile sont importantes, mais aucun de ces facteurs n’a vraiment eu d’effet important sur les classements… jusqu’à récemment.

Comme vous l’avez peut-être deviné, le tout-puissant Google a une fois de plus décidé d’inverser l’interrupteur et de rendre un aspect de l’expérience utilisateur critique dans sa série de facteurs de classement : le temps d’attente.

Avant que vous puissiez dire que j’ai mal orthographié le taux de rebond, laissez-moi vous donner une définition approximative :

Le temps d’attente est le temps qu’un visiteur passe à regarder une page après avoir cliqué sur un lien SERP et avant de revenir aux SERP.

Réfléchissons-y avec l’exemple suivant :

  • Un utilisateur de Google recherche avec le mot-clé “techniques de référencement”, vérifie les meilleurs résultats, trouve cette page et clique dessus.
  • Quatre minutes et 35 secondes plus tard, l’utilisateur décide qu’il a trouvé ce qu’il cherchait et retourne aux SERPs pour lire d’autres pages.

Leur temps de séjour serait de 4 minutes et 35 secondes. À lui seul, ce benchmark ne fait pas beaucoup de différence pour vous ou Google. Mais si Google pense que les gens restent plus longtemps sur cette page que sur les pages de nos concurrents, ils comprendront que notre page fait probablement quelque chose de mieux.

Plus les utilisateurs sont satisfaits, mieux c’est pour Google. Par conséquent, ils récompenseront la page à temps de séjour élevé par rapport à ses concurrents. Combien? Nous ne savons pas. Mais cela peut être le coup de pouce supplémentaire dont une page a besoin pour voler une position de numéro un pour un mot-clé hautement compétitif.

Pour être clair : le temps d’attente n’est pas la même chose que le taux de rebond , car ce dernier mesure le nombre de visiteurs qui atterrissent sur une page, puis la quittent sans aucune autre interaction. Plus précisément, il s’agit du pourcentage de sessions d’une seule page divisé par toutes les sessions de votre site Web (ou d’une page individuelle).

Les rebonds, comme les bonnes glaces, se déclinent en différentes saveurs : certains proviennent de visiteurs via Twitter, d’autres de sources directes (comme les favoris), etc.

Le temps de séjour n’est pas non plus du temps sur site, car ce dernier peut inclure des personnes venues de l’extérieur des SERP. Le temps de séjour est comme la progéniture du taux de rebond et du temps passé sur le site, mais bien plus convivial pour le référencement que ses parents.

La mauvaise nouvelle, c’est que vous ne pouvez pas faire grand-chose pour améliorer votre temps de séjour, à part améliorer votre expérience utilisateur. Tout ce qui rend votre site Web plus convivial augmentera probablement votre temps d’attente. Et l’inverse est également vrai : si votre site Web semble peu fiable, obsolète ou amateur, les nouveaux visiteurs sont susceptibles de revenir aux SERP et de cliquer sur un autre résultat. Et Google n’aimera pas ça.

Maintenant que vous comprenez le temps d’attente, voici quelques techniques de référencement que vous pouvez utiliser pour améliorer l’expérience utilisateur et donner un coup de pouce à votre contenu existant dans les moteurs de recherche.

A) Rendez vos messages faciles à lire

Avez-vous déjà entendu l’expression « formater du contenu pour le Web » ? Pour avoir une chance d’augmenter votre classement organique, vous devez aller plus loin et optimiser le contenu pour la lisibilité .

Ces conseils de mise en forme peuvent vous aider à améliorer la lisibilité de votre contenu :

  • Rédigez un contenu de qualité : la mise en forme est importante, mais aussi les bonnes idées, une livraison convaincante et une grammaire et une orthographe sans erreur .
  • Utilisez des paragraphes courts : Visez des paragraphes de 3-4 phrases. Si nécessaire, vous pouvez même utiliser des paragraphes d’une phrase, mais utilisez-les avec parcimonie ou votre message ressemblera à une liste de courses.
  • Mélanger la longueur des phrases : les phrases longues sont difficiles à suivre sur un ordinateur ou un appareil mobile, mais elles peuvent bien fonctionner lorsqu’elles sont utilisées avec parcimonie, en particulier lorsqu’elles sont mélangées à des phrases plus courtes. Voici un exemple fantastique de la façon dont les structures de phrases peuvent être modifiées pour une lisibilité optimale (l’application Hemingway peut vous y aider) :
  • Sous-titres : Saviez-vous qu’une personne moyenne ne passe que 37 secondes  à lire un contenu en ligne ? Vous pouvez augmenter considérablement ce temps en incluant des sous-titres qui aident les lecteurs à analyser le contenu et à comprendre rapidement le sujet de l’article.
  • Puces : lorsque vous avez beaucoup de données – statistiques, faits, idées, exemples – regroupées dans un seul paragraphe, il est plus facile de les lire lorsque vous les répertoriez avec des puces (comme celle-ci !). En règle générale, utilisez des puces chaque fois que vous énumérez trois éléments ou plus.
  • Utilisez des espaces blancs : décomposez de gros morceaux de texte avec des supports pertinents, y compris des photos, des vidéos et des graphiques (en plus des puces et des sous-en-têtes).
  • Utilisez des images et des captures d’écran : La plupart des articles doivent avoir plusieurs images ou captures d’écran pour illustrer les points ou les chiffres ou les étapes dont vous discutez. Plus l’idée est complexe, plus vous devez inclure d’images. (Imaginez tout cet article de blog sans aucune image. Ce serait intimidant, non ?)

B) Utilisez le style d’écriture de la pyramide inversée

L’une des règles de base des journalistes est le style d’écriture en pyramide inversée, qui ressemble à ceci :

Dans cette pyramide, les informations les plus précieuses se trouvent en haut de l’article, les informations moins importantes apparaissant en dessous. Les lecteurs qui scannent les articles atteignent rarement le bas de la page, il est donc logique de leur donner ce qu’ils veulent dès qu’ils atterrissent.

4) Concentrez-vous sur des groupes de sujets plutôt que sur des mots-clés

Google évolue et son algorithme aussi. Son objectif est maintenant de comprendre l’ intention  de ses utilisateurs – ce qu’ils attendent, ce qu’ils recherchent et, plus précisément, quels résultats de recherche pourraient le mieux aider à répondre à leur requête.

Cependant, ne vous attendez pas à ce que votre site Web apparaisse sur la première page de Google simplement en créant un contenu axé sur les mots clés. Il ne suffit pas de regarder uniquement les mots-clés ; nous devons examiner le  contexte  qui les entoure. Également appelée « intention de l’utilisateur », vous devez faire attention à ce que vos utilisateurs recherchent.

Voici deux choses en particulier que vous devriez considérer :

A) Connaissez votre public cible

Le type de contenu que vous créerez dépendra entièrement de votre public. Mieux vous les connaissez – leur emplacement, leur âge, leurs intérêts, etc. – meilleur sera le contenu que vous créerez (et meilleur sera votre référencement).

Par exemple, supposons que votre outil de recherche de mots clés indique que “Android” a un volume de recherche de 2 740 000 par mois. Cela fait beaucoup de personnes auxquelles votre contenu pourrait être exposé, vous devrez donc le cibler fortement, n’est-ce pas ? Pas nécessairement.

Les personnes recherchant « Android » peuvent appartenir à plusieurs catégories :

  • Utilisateurs mobiles recherchant de l’aide sur Android
  • Fans de Star Wars  à la recherche de droïdes
  • Les passionnés de robotique à la recherche d’informations sur les androïdes

Si vous ne comprenez pas votre public cible, vous risquez de créer du contenu pour  tous  ces sujets. Cela ne vous fera pas gagner des classements ou des lecteurs car vous ne pouvez pas plaire à tout le monde avec un seul  contenu optimisé  pour un terme aussi large.

Cependant, en créant des  personnalités d’ acheteurs qui incluent les traits communs de vos clients idéaux, vous serez mieux en mesure de vous concentrer sur des sujets qui comptent pour vos lecteurs, tout en minimisant les chances de créer du contenu qui ne donne pas de résultats.

B) Organiser le contenu en clusters

Au lieu de vous concentrer sur des mots-clés autonomes, organisez tout votre contenu en différents thèmes. Le  modèle de cluster de sujets , créé par HubSpot, fonctionne en reliant les éléments de contenu pertinents en « clusters ».

Cela implique d’avoir :

  • Une page pilier :  il s’agit généralement des pages les plus importantes de votre site (par exemple, sur un site de commerce électronique, il s’agira souvent de catégories de premier niveau) que vous souhaitez et pouvez vous attendre à classer pour un large éventail de mots clés.
  • Pages de cluster :  Ce sont des pages qui vivent autour et sont liées à leur page pilier pertinente. Ils répondront généralement aux questions ou couvriront plus en détail les sujets liés à la page pilier.

Cette stratégie permet trois choses :

  • Il satisfait l’intention de l’utilisateur  puisqu’il accède facilement à des informations plus détaillées sur son sujet d’intérêt.
  • Cela transforme votre site en une meilleure ressource pour ces sujets piliers. Ceci est important pour Google, car son objectif est d’envoyer les utilisateurs vers la meilleure page possible pour leur terme de recherche. Lorsque Google considère votre site comme une excellente ressource pour un sujet particulier, il y a de fortes chances que vous soyez récompensé par un meilleur classement.
  • Chacune de ces pages de cluster a le potentiel de se classer  et de générer du trafic supplémentaire vers votre site.

C) Faites votre recherche de mots-clés

Vous vous demandez pourquoi nous répertorions la recherche de mots-clés comme technique de référencement alors que nous vous avons dit de vous concentrer sur des groupes de sujets plutôt que sur des mots-clés ?

Parce que les mots-clés comptent toujours.

L’organisation du contenu par thème est la clé, mais c’est une erreur d’ignorer complètement les mots-clés. Les mots-clés agissent comme des panneaux de signalisation pour les araignées de Google, signalant des sujets et fournissant des indices sur la nature du contenu du site Web. En effectuant une recherche par mot-clé, vous découvrez qui recherche les sujets sur lesquels vous souhaitez écrire, et il est donc plus facile de créer des articles de blog ou d’autres types de contenu qui répondent aux questions spécifiques des clients et augmentent la reconnaissance de la marque.

Il existe de nombreux outils que vous pouvez utiliser pour accéder aux données de mots clés :

  • Keyword Explorer par Moz : Keyword Explorer est un programme polyvalent et dynamique qui couvre presque tous les aspects du processus. Il aide les spécialistes du marketing à rechercher des mots clés, à créer des listes et à les filtrer par sujet. Vous pouvez également analyser les métriques, les taux de clics et d’autres mesures d’efficacité, ainsi qu’espionner et évaluer les mots-clés utilisés par vos concurrents commerciaux.
  • SEMrush : SEMrush est largement considéré comme l’un des meilleurs outils d’analyse SEO , en particulier lorsqu’il s’agit de business intelligence. L’une de ses nombreuses fonctionnalités vous permet d’identifier et d’analyser les mots clés que vos concurrents utilisent simplement en entrant l’URL de votre concurrent dans la barre de recherche SEMrush.
  • Ahrefs : Ahrefs propose une large gamme de produits, notamment des vérificateurs de backlink, des explorateurs de contenu et des trackers de position. Dans cet article, nous nous concentrerons sur leur explorateur de mots clés, qui permet aux spécialistes du marketing de rechercher près de 7 milliards de mots clés dans plus de 170 pays, en évaluant des mesures telles que la difficulté des mots clés, les taux de clics, les listes de mots clés associés et le volume de recherche :

Remarque : Même si vous utilisez une alternative Ahrefs comme Semrush, SE Ranking ou Mangools, ce processus est similaire.

5) Créez du contenu adapté aux assistants vocaux

Écrivez-vous comme vous parlez ? Peut-être que vous le faites lorsque vous discutez avec vos amis sur WhatsApp, mais généralement pas lorsque vous êtes au travail. Et faites-vous des recherches sur Google pendant que vous parlez ? Encore une fois, ce n’est probablement pas le cas.

Cependant, avec l’avènement des assistants vocaux, ce n’est plus le cas. Maintenant que 4,2 milliards d’assistants vocaux sont utilisés dans le monde (un nombre estimé à 8,4 d’ici 2024), les recherches sont devenues plus fluides, conversationnelles et complexes pour Google. Et dans un monde de moteur de recherche plus conversationnel, vous devez optimiser votre site Web pour la recherche vocale.

Voici comment procéder :

A) Utilisez des mots-clés à longue traine

Les mots-clés à longue traîne – ceux qui contiennent trois mots ou plus – jouent un rôle clé dans la recherche vocale. Pour vous classer pour ce type de mots-clés, vous devrez créer du contenu qui les cible sur votre site Web en suivant le processus suivant :

  • Identifiez un mot clé à longue traine à l’aide de ce guide (par exemple, “comment laver une voiture”).
  • Trouvez de nombreux mots- clés sémantiquement liés (par exemple « guide de lavage de voiture » ​​et « meilleur savon pour laver une voiture »).
  • Rédigez un article de blog long et complet qui positionne de manière appropriée ces mots-clés sémantiquement liés.
  • Formatez le contenu pour qu’il soit lisible, en utilisant des questions comme sous-titres , le cas échéant.

B) Utiliser des données structurées

Selon Backlinko, 40% des résultats de recherche vocale proviennent d’extraits en vedette. L’utilisation de données structurées peut aider à augmenter les chances que votre contenu soit utilisé pour répondre à une requête vocale plutôt qu’à celle d’un concurrent.

Comme l’explique Ana Gotter :

“Les balises de schéma sont souvent utilisées pour pointer vers des entreprises locales avec des extraits de code afin d’aider Google à comprendre de quoi parle votre site Web et ainsi mieux vous connecter avec des recherches pertinentes.”

Voici un exemple de la façon dont les pages Web avec un balisage de schéma pour les événements apparaissent dans les SERP :

Pour commencer, rendez-vous sur l’outil de test de données structurées de Google  pour savoir si vous avez déjà implémenté le schéma :

Si ce n’est pas le cas et que vous avez besoin d’informations plus détaillées, consultez le guide de Google sur le balisage de schéma  qui explique le type de code dont vous avez besoin et comment l’implémenter.

6) Optimisez vos titres (pas seulement vos balises de titre !)

Il y a un moment dans la vie de tout praticien SEO où il regarde le ciel avec désespoir et crie : « Pourquoi Google ? Pourquoi?!”

Cela s’est produit récemment lorsque l’industrie du référencement a été choquée de découvrir que Google avait lancé la “mise à jour du titre de la page” dans laquelle ils ont commencé à réécrire automatiquement les balises de titre en fonction du titre H1 d’une page.

 

Bien que des vétérans de l’industrie comme Danny Sullivan aient  déclaré que cette pratique n’était pas nouvelle, le changement a encore choqué de nombreux professionnels. Au début, les gens étaient confus mais sceptiques quant aux effets durables de ce changement.

Puis, le 24 août, Google a annoncé la mise à jour de son titre de page Web , expliquant que son “nouveau système produit des titres qui fonctionnent mieux pour les documents dans leur ensemble, pour décrire de quoi ils parlent, quelle que soit la requête particulière”.

Le 25 août, le Dr Peter J. Meyers de Moz a analysé les SERP pour 10 000 mots-clés et a découvert que sur 57 832 balises de titre, 33 733 avaient été réécrites  , soit 58 % ! Bien qu’une grande partie de ces réécritures se soit produite pour des raisons “naturelles”, comme lorsque Google tronque un titre trop long, beaucoup ont été victimes du fonctionnement étrange de Google.

Voici un exemple de la page d’accueil de MailChimp , qui ressemble à ceci :

Comparez cette balise de titre basique et peu conviviale pour le référencement avec son véritable  homologue optimisé pour le référencement, et vous verrez la différence :

Selon Brodie Clark , Google remplace les titres par des “balises d’en-tête, des liens internes, du texte alternatif d’image ou même entièrement créés par Google”.

Comme la plupart des défis liés au référencement, il n’y a aucun moyen de savoir quand ou comment Google réécrira vos balises de titre. Cependant, dans leur version de mise à jour, ils ont indiqué qu’ils sont plus susceptibles de modifier une balise si c’est :

  • Excessivement long
  • bourré de mots-clés
  • Absence totale de balises de titre ou contient un langage « passe-partout » répétitif, comme les pages d’accueil appelées « Accueil »

Pour calmer tout le monde, Google dit que :

“Notre principal conseil sur cette page aux propriétaires de sites reste le même. Concentrez-vous sur la création de superbes balises de titre HTML. De toutes les façons dont nous générons des titres, le contenu des balises de titre HTML est encore de loin le plus utilisé, plus de 80 % du temps. »

7) Réutilisez et actualisez régulièrement votre ancien contenu

Si vous avez du mal à trouver la motivation pour écrire un long article de blog, pourquoi ne pas simplement étendre une page existante de, disons, 1 200 mots à 2 000 ?

Le contenu existant a déjà une autorité et, dans certains cas, un lectorat établi. Plutôt que de créer une nouvelle publication à partir de zéro, il peut être beaucoup plus simple d’améliorer les performances d’une publication existante dans les résultats de recherche en l’actualisant avec des informations mises à jour et du contenu supplémentaire.

Alors comment choisir le contenu à mettre à jour ?

Les meilleurs candidats pour les actualisations de contenu sont les contenus sensibles au facteur temps (en d’autres termes, des sujets comme le référencement qui évoluent constamment), ainsi que les publications qui génèrent du trafic organique mais qui ont le potentiel d’en obtenir beaucoup plus.

Vous pouvez connaître le trafic généré par votre contenu dans la section Pages de destination de Google Analytics. Allez simplement dans Comportement  > Contenu du site  > Landing Pages :

Une fois là-bas, changez le segment que vous visualisez en “Trafic organique” et filtrez les résultats à l’aide de votre barre de recherche. Par exemple, si vous souhaitez afficher le trafic vers le contenu qui se trouve dans le sous-dossier /blog de votre site, il vous suffit de mettre /blog dans la barre de recherche.

Alternativement, vous pouvez rendre ce processus beaucoup plus facile en utilisant un outil tel que Content Decay par ClickFlow . Cet outil fait le travail difficile pour vous, vous présentant une liste de contenus signalés qui ont perdu du trafic.

Une fois que vous êtes prêt à mettre à jour vos anciens articles de blog, vous pouvez suivre les directives de mise à jour :

  • Réécrire l’intro et la conclusion
  • Supprimer/combiner toutes les sections faibles
  • Recherchez et écrivez autant que vous pensez que cela ajouterait à la valeur de la pièce
  • Mettez à jour les statistiques/faits/citations et assurez-vous que tous les liens vers les sources ne datent pas de plus d’environ 2 ans
  • Remplacer les images obsolètes ou non pertinentes
  • Remplacer tous les exemples/études de cas par de nouveaux exemples actuels

8) Créer des vidéos et (pourquoi pas ?) une chaîne YouTube

Vous avez vu que vous devez augmenter votre temps de séjour. Quelle meilleure façon de le faire qu’en utilisant la vidéo ?

Selon une enquête Biteable :

  • 60% des entreprises utilisent la vidéo comme outil marketing.
  • 74 % des spécialistes du marketing affirment que la vidéo offre un meilleur retour sur investissement que l’imagerie statique.
  • 49 % des spécialistes du marketing déclarent que la vidéo les aide à engager leur audience.
  • 52 % des spécialistes du marketing affirment que la vidéo les aide à établir la confiance avec des clients potentiels.

En plus d’augmenter l’engagement des visiteurs, la vidéo peut également vous aider à obtenir plus de trafic organique à partir de la section Suggested Clips :

Jusqu’à récemment, Google classait uniquement les vidéos YouTube dans les clips suggérés, mais avec l’aide des nouvelles structures de données Seek et Clip, les spécialistes du marketing peuvent désormais classer les vidéos de n’importe quel site.

Vous pouvez également utiliser les vidéos que vous créez pour lancer votre propre chaîne YouTube, qui est :

La création de liens est et sera toujours au cœur de l’algorithme de classement de Google. Et ce qui est peut-être le meilleur moyen d’obtenir des backlinks à grande échelle, c’est le contenu.

La création de contenu est un investissement.

À l’époque de la publicité, les entreprises investissaient dans des publicités à la radio, dans les journaux et dans les magazines (elles le font toujours, soit dit en passant). Ils ont également investi dans des brochures, des panneaux d’affichage et des stands de foires commerciales.

Le marketing de contenu fonctionne de la même manière. Vous devez investir dans la création d’un contenu complet, utile et unique qui répond aux besoins de vos visiteurs. Nous ne parlons pas d’articles de 500 mots. Nous parlons de créer du contenu basé sur les données .

Le contenu basé sur les données se concentre sur la création de contenu étayé par des informations recueillies grâce à des recherches quantitatives ou qualitatives. La recherche peut être effectuée par l’entreprise responsable de la création du contenu ou par une équipe de scientifiques. Les articles qui fusionnent l’expérience personnelle avec la recherche et les données scientifiques offrent au lecteur une solution faisant autorité.

Non seulement ce type de contenu augmente l’engagement de vos visiteurs, mais il augmentera le nombre de liens que vous acquerrez. Regardez cet article; nous avons lié à de nombreuses sources qui affichent des données utiles sur différents aspects du référencement et du marketing numérique. La même chose peut vous arriver si vous créez des publications basées sur les données.

Pour rendre votre contenu basé sur les données encore meilleur, créez des images et des graphiques qui visualisent les informations qui y sont décrites. Une étude a montré que les humains sont plus susceptibles de croire aux allégations concernant un nouveau médicament si elles sont accompagnées de graphiques et d’autres données – même si les données n’ajoutent aucune nouvelle information à l’allégation.

Par exemple, l’utilisation par Curata d’un contenu basé sur les données a généré 7 fois plus de prospects que les autres types de contenu :

Et dans une autre étude, ils ont découvert que les publications approfondies et basées sur les données recevaient 9 fois plus de prospects :

10) Rendez votre contenu plus visuel

Les humains aiment le contenu visuel ; nous sommes simplement câblés pour cela.

Par exemple, les publications Facebook avec images reçoivent 230 % d’engagement en plus que les publications sans images :

Les publications contenant des images ont suscité 230 % d'engagement en plus que les publications sans images

Et pour les pages Web, le contenu visuel obtient 94 % de vues en plus que le contenu non visuel :

Le contenu visuel obtient 94 % de vues en plus que le contenu non visuel

Les types d’images les plus courants qui ont tendance à attirer des liens sont :

  • Graphique
  • Infographie
  • Photos
  • GIF

Avec l’aide d’outils de conception comme Canva , vous pouvez facilement créer vos propres graphiques de niveau professionnel. Alternativement, vous pouvez utiliser des designers indépendants bon marché sur des sites comme Fiverr et Upwork.

De plus, les gens reconnaîtront l’effort que vous mettez dans la création des visuels de votre contenu, ce qui est plus susceptible de vous obtenir plus de liens entrants. Et en plus d’améliorer votre contenu, vous pouvez classer vos images dans Google Images, le deuxième plus grand moteur de recherche au monde.

Le texte alternatif est une balise que vous attribuez à vos images afin que les robots d’exploration de Google puissent “lire” de quoi parle l’image. Vous devez y inclure une brève description de l’image et un mot-clé. Le nom fonctionne de la même manière : vous décrivez de quoi parle l’image. Donc, si vous avez une image d’un chat noir, le nom de votre image doit être « black-cat.jpg ».

11) Ciblez les chercheurs locaux avec des pages de destination et des listes

Voici une nouvelle choquante : 46 % de toutes les recherches Google  proviennent de personnes à la recherche d’informations locales. Cela pourrait inclure :

  • Commerces de proximité
  • Horaires d’ouvertures
  • Numéros de téléphone
  • Adresses

Pour les propriétaires d’entreprises physiques, le référencement local  est indispensable.

Voici trois techniques de référencement efficaces pour capter les clients potentiels qui habitent à proximité. Après tout, 72 % des personnes  qui effectuent une recherche Google sur les entreprises locales en ligne finissent par visiter des magasins dans un rayon de cinq miles !

A) Revérifiez vos inscriptions dans l’annuaire

Aussi puissants que soient les moteurs de recherche comme Google ou Bing, ils ne peuvent toujours pas être partout à la fois et doivent parfois s’appuyer sur des informations supplémentaires provenant de sources de données locales.

Ces sources recueillent, regroupent et soumettent des données pertinentes pour les entreprises de la région – des informations provenant d’annuaires physiques (comme les pages jaunes) ou de numérisation des enregistrements d’entreprises. Google utilise ensuite ces agrégateurs de données pour combler les lacunes d’informations dans leurs propres bases de données, et vérifiera également les informations pour s’assurer que les faits sont à jour.

Des problèmes surviennent lorsque les agrégateurs collectent des données obsolètes, ce qui conduit Google à répertorier les informations erronées, telles qu’une ancienne adresse de votre entreprise ou un numéro de téléphone déconnecté.

C’est pourquoi il est essentiel de s’assurer que vos coordonnées physiques sont à jour sur chaque annonce en ligne que vous avez créée, y compris :

  • Google My Business : Google étant le plus grand moteur de recherche, commencez toujours par Google My Business , un service de référencement gratuit, et mettez à jour vos données en conséquence. Assurez-vous d’inclure des détails importants tels que les emplacements supplémentaires, vos dernières heures d’ouverture et les modes de paiement acceptables.
  • Service de gestion des annuaires locaux : des entreprises comme Moz Local  et Yext  effectuent le travail minutieux d’analyse d’innombrables annuaires locaux, d’interaction avec des agrégateurs de données et de correction des informations obsolètes.
  • Créez plus de listes d’annuaires à l’aide d’agrégateurs de données locaux : Maintenant que vous avez les informations jusqu’à un T, déployez-les en utilisant un agrégateur de données local comme Bright Local :

Page d'accueil Brightlocal

À partir de ce moment, les listes de recherche locales doivent être mises à jour avec précision et automatiquement par votre service de gestion. Oh, et n’oubliez pas de modifier toutes les listes locales si quelque chose change – en particulier lorsque vous déménagez, changez de numéro de téléphone ou êtes fermé pour des vacances !

B) Construire et optimiser les pages de destination locales

Pensons aux termes de recherche que les gens utilisent lorsqu’ils recherchent des services locaux. Il y a de fortes chances qu’ils ressemblent à ceci :

  • “Services de référencement à Los Angeles”
  • “Meilleur brushing à Manchester, Royaume-Uni”
  • “Où acheter des bougies à New York”

La seule façon de vous assurer que vous atteignez la liste restreinte des SERP de Google est de cibler activement ces mots clés sur votre site Web, de préférence avec une page de destination locale.

Jetez simplement un coup d’œil aux meilleurs résultats organiques affichés pour un mot clé local :

Remarquez comment tous les résultats appartiennent à la zone Finchley plutôt qu’à une page d’accueil ou à une page de service générale de “réparation de machine à laver”. Vous devez créer ces types de pages de destination en :

  • Faire une recherche de mots -clés  pour trouver des mots-clés locaux liés à votre produit ou service.
  • Créer une nouvelle page sur votre site Web  et l’optimiser pour ces mots-clés locaux. Cela inclut la mention de la phrase dans votre méta-titre, votre méta-description, le titre de la page, les balises d’en-tête, le texte alternatif de l’image et le contenu du site.
  • Créer des liens à partir des listes d’annuaires locaux vers cette page pour renforcer le classement des mots clés basés sur l’emplacement (par exemple, si vous créez une page de destination pour Londres, créez des liens depuis des répertoires basés à Londres vers l’URL de la page de destination).

C) SEO technique pour la recherche locale

La réalisation d’un référencement technique pour la recherche locale est un processus similaire à celui évoqué précédemment, mais voici quelques termes et techniques utiles pour vous assurer d’optimiser votre entreprise pour les recherches locales.

Les balises de schéma sont de brefs extraits de données qui fournissent des informations supplémentaires aux utilisateurs et aux moteurs de recherche. Mieux encore, les balisages de schéma ne nécessitent aucune connaissance en codage et peuvent être insérés via Schema.org, une collaboration rare entre Google, Yahoo et Bing.

Le schéma est utilisé sur une liste qui donne aux chercheurs locaux des informations supplémentaires sur les heures d’ouverture, l’emplacement, les informations générales et plus encore, sans réellement visiter la page elle-même :

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez également inclure une injection JSON (Javascript Object Notation) via Google Tag Manager. Avec Google Tag Manager, il est facile de combiner schéma et JSON  pour renforcer encore la force de votre schéma, ce qui se traduit par un CTR et une visibilité plus élevés et sans avoir à passer un temps précieux à coder.

Certes, la courbe d’apprentissage est un peu abrupte pour ceux qui ne sont pas familiers avec Javascript ou tout autre langage de programmation de base, mais une fois mises en place, les injections JSON peuvent aider à exécuter et à mettre en place des données structurées simplement et efficacement.

12) Concentrez-vous sur les mots-clés à haute intention

La pensée marketing traditionnelle est que vous devriez commencer par un contenu informatif haut de gamme et travailler pour éduquer et nourrir votre public. Cela est toujours vrai dans une certaine mesure en 2022, mais la grande chose à propos du marketing des moteurs de recherche est que vous n’avez pas besoin d’être le seul à faire la promotion.

Il y a beaucoup de gens qui sont déjà proches du bas de l’entonnoir. Ils sont passés par un processus d’éducation et maintenant leur intention de recherche suggère qu’ils sont presque prêts à prendre une décision d’achat.

De manière générale, l’intention de recherche peut être classée en :

  • Informationnel
  • Navigation
  • Commercial
  • Transactionnel

Reboot fournit un joli graphique récapitulatif en utilisant un détaillant de golf comme exemple :

Qu'est-ce que l'intention de l'utilisateur et pourquoi est-ce important ?

Parmi ceux-ci, les mots clés commerciaux et transactionnels peuvent être considérés comme des mots clés à forte intention . Si vous choisissez de concentrer vos efforts de contenu sur ces domaines, vous pouvez :

  • Soyez plus agressif avec les CTA (par exemple “obtenir un devis” au lieu de “télécharger cette feuille de triche”)
  • Attendez-vous à un taux de conversion plus élevé
  • Attribuez plus précisément les prospects et les revenus à votre contenu

Si votre objectif est un retour sur investissement à court ou moyen terme sur vos efforts de référencement et de contenu, les mots-clés à haute intention sont la voie à suivre.

13) Mettre en œuvre les meilleures pratiques EAT

Dans le monde du référencement, EAT est synonyme d’expertise, d’autorité et de confiance. Il s’agit d’un facteur de classement supplémentaire qui vise à récompenser le contenu écrit par un véritable expert, réduisant ainsi le risque que des ressources non fiables soient classées.

Dans les directives d’évaluation de la qualité de Google , ils expliquent que EAT s’applique différemment à différents sujets. Par exemple, un créneau YMYL (Your Money or Your Life), EAT est absolument essentiel. YMYL fait référence à des sujets tels que les conseils financiers ou les conseils médicaux.

Les normes requises sont cependant différentes. Si vous rédigez une critique de logiciel, être un utilisateur expérimenté de ce logiciel peut suffire. La question importante à poser est la suivante : cet auteur possède-t-il les connaissances et l’ expérience nécessaires pour offrir des conseils sur ce sujet ?

Voici trois tactiques rapides que vous pouvez mettre en œuvre pour prouver à Google (et à vos utilisateurs) que vos auteurs de contenu ont l’expertise nécessaire :

A) Publier des pages “À propos” et des biographies d’auteurs de haute qualité

Votre page “À propos” est votre chance de vous vanter. Dites aux lecteurs (et à Google) pourquoi ils devraient écouter ce que vous avez à dire. Pensez à détailler :

  • Qualifications formelles comme un diplôme ou des certifications
  • Votre expérience professionnelle
  • Témoignages et études de cas
  • Vos expériences orales et écrites

B) Mettre en œuvre un processus de révision de contenu robuste

Pour être digne de confiance et faire autorité, votre contenu doit être à jour et exact.

La fréquence à laquelle vous mettez à jour le contenu peut dépendre, encore une fois, des sujets. Pour les tendances à évolution rapide comme les nouvelles sur la pandémie, vous devrez peut-être les consulter quotidiennement ou hebdomadairement. Pour les sujets YMYL (votre argent ou votre vie), comme la finance et la médecine, vous devrez peut-être vérifier tous les 3 à 6 mois que vos conseils sont toujours exacts.

Pour d’autres sujets, une année peut suffire. Vous pouvez juger cela au cas par cas.

Assurez-vous également de vérifier toutes les sources auxquelles vous vous connectez. Assurez-vous qu’eux aussi sont des sources fiables et mises à jour.

C) Créer plus de backlinks

Plus vous avez de backlinks provenant de sites Web faisant autorité pertinents dans votre créneau, plus cela prendra en charge vos informations d’identification EAT. Il en va de même pour avoir des mentions de marque sur des sources crédibles (même des mentions non liées).

Si d’autres personnes de votre secteur citent votre travail comme une ressource, c’est un bon signe que vous êtes une autorité digne de confiance dans ce créneau.

Alors investissez du temps dans la création de contenu de qualité et dans l’établissement des bonnes relations, et vous gagnerez des liens de qualité.

Les liens internes ont toujours été importants pour le référencement, et ils continueront de l’être pour l’année à venir. L’optimisation des liens internes pour vos pages prioritaires peut être une technique de référencement peu coûteuse qui ne nécessite pas beaucoup de temps et de ressources.

Les liens internes ont deux objectifs principaux :

  • Pour transmettre et répartir la valeur de vos backlinks vers vos pages
  • Pour aider les utilisateurs à naviguer vers le contenu le plus pertinent pour eux

Voici trois astuces et stratégies rapides pour tirer le meilleur parti de votre maillage interne :

A) Poussez les lecteurs TOFU plus loin dans l’entonnoir

La plupart des sites Web établis ont tendance à avoir beaucoup de trafic haut de gamme et à faible intention provenant de mots clés informatifs. Il est peu probable que vous réussissiez à attirer les clients directement à partir de ce type de contenu.

Au lieu de cela, l’une des choses que vous pouvez faire est d’utiliser des liens internes pour pousser les gens à l’étape suivante de l’entonnoir. Voici un exemple. Disons que vous avez du trafic provenant d’un mot-clé de définition comme “qu’est-ce que la notoriété de la marque”. Quel est le prochain contenu logique ?

  • Qu’est-ce que la notoriété de la marque
  • Avantages et importance de la notoriété de la marque
  • Comment mesurer la notoriété de la marque
  • Logiciel de mesure de la notoriété de la marque

Il s’agit d’une illustration simplifiée du processus de décision du consommateur. Il est peu probable que quelqu’un cherche vraiment sur Google “qu’est-ce que la notoriété de la marque” et finisse par acheter un logiciel pour mesurer la notoriété de la marque au cours de la même session.

Cela dit, il est recommandé de continuer à ajouter des liens internes dans le contenu TOFU et MOFU qui rapprochent le lecteur des pages qui convertissent et génèrent des revenus.

B) Utilisez un texte d’ancrage clair et descriptif

Si le but des liens internes est de guider les moteurs de recherche et les utilisateurs autour du site, vos ancres de texte doivent être descriptives.

Si vous avez des ancres peu claires comme « voir plus », « en savoir plus », « ici », etc., elles sont moins susceptibles d’être bénéfiques. Faites en sorte qu’il soit évident où le clic va mener.

De plus, assurez-vous que les ancres différencient également les pages. Par exemple, supposons que vous ayez tous ces éléments de contenu sur votre blog :

  • Exemples de newsletter mode
  • Exemples de bulletins de remise en forme
  • Exemples de bulletins de voyage

Dans ce cas, évitez d’utiliser une ancre générique comme “exemples de newsletter”, qui prête à confusion car elle pourrait être pertinente pour plusieurs pages différentes. L’exception peut être si le titre de la page ou le sous-titre le plus proche donne un contexte clair (par exemple, l’intégralité de l’article concerne les newsletters de fitness). Il est toujours plus sûr d’utiliser l’ancre descriptive complète et nécessite très peu d’efforts supplémentaires.

C) Limitez le nombre de liens internes

Google recommande d’utiliser un nombre raisonnable de liens internes, bien qu’ils ne fournissent aucune indication réelle sur ce que cela signifie.

Lorsque vous ajoutez des liens internes, vous indiquez à Google lesquelles de vos pages sont importantes. Chaque page ne peut pas avoir la même importance, n’est-ce pas ?

En théorie, chaque lien interne supplémentaire que vous ajoutez diluera la quantité de “PageRank” (qui n’est plus une métrique officielle, mais le concept est toujours d’actualité) transmis aux autres pages recevant des liens. Voici une illustration d’Ahrefs pour visualiser :

Google PageRank n'est PAS mort : pourquoi c'est toujours important

Suivre le SEO

Le référencement évolue chaque année, ce qui oblige les propriétaires d’entreprise et les spécialistes du marketing à s’adapter aux derniers changements. Pour rester au courant de ces changements, assurez-vous de passer du temps sur les principes fondamentaux de la création de contenu solide, des tendances techniques, des backlinks, de la vitesse du site et du schéma.

Il y a beaucoup à considérer, mais rappelez-vous, vous n’avez pas besoin de devenir le meilleur expert SEO au monde du jour au lendemain. Faites un effort pour comprendre même les bases du référencement, et vous verrez une grande différence dans les taux de clics, l’engagement et, bien sûr, les classements de votre site Web.

close

Téléchargez notre guide gratuit : De 0 à 1000 visiteurs par jour en 3 étapes seulement !

Vous voulez en savoir plus sur le SEO ?

Recevez gratuitement nos actus hebdomadaires sur le référencement naturel.

Ophélia Pol

Passionnée depuis des années par le SEO et le marketing de contenu en général, je partage sur ce blog mes réflexions sur le référencement naturel et les derniers articles et actus du marketing digital.

Vous pourriez aussi aimer

Bénéficiez de -20% dès aujourd'hui avec le code : G2HQ7ESCJe découvre